Laïka, chienne de l’espace

5

Quel destin exceptionnel ! Imaginez…Passer de chien errant dans les rues de Moscou à vedette de l’espace connue mondialement. Milieu des années 1950, la guerre froide entre les États-Unis et l’URSS avait atteint son paroxysme. Les deux pays rivalisaient à grands coups de propagande pour démontrer au reste du monde la prétendue supériorité de leur système réciproque.

À cette époque, une petite chienne bâtarde se baladait quotidiennement dans les rues de Moscou à la recherche d’un reste de veau Orloff ou de boeuf Stroganoff. La nourriture se faisait rare, même les humains subissaient de difficiles rationnements.

Mais la chienne d’environ six kilos était appréciée des résidents du secteur en raison de sa gentillesse et de son calme. Par une belle journée de la fin d’ été 1957, Laïka, trop occupée à renifler chaque centimètre de trottoir, n’entendit pas quelques soldats de l’Armée rouge – sûrement pas parmi les meilleurs éléments – se diriger vers elle dans une savante manoeuvre d’encerclement.

En moins de deux, la pauvre bête se retrouva emprisonnée sous un drap, puis soulevée et amenée dans un sinistre local de l’Armée rouge. C’est tout bêtement ainsi que débuta la saga se Laïka, nom signifiant « petite aboyeuse » en russe.

Nikita Khrouchtchev ( 1894-1971 ), alors premier secrétaire du parti communiste russe, désirait un coup d’éclat afin de souligner le 40e anniversaire de la révolution bolchévique de 1917. Le lancement réussi de Spoutnik I, le 4 octobre 1957, avait bien permis à l’URSS de frapper un grand coup aux dépens des États-Unis, mais Khrouchtchev voulait plus, soit un vol habité, et il le voulait rapidement, c’est à dire avant la fin de 1957.

Nikita Khrouchtchev

Malgré des avis contraires, très respectueusement exprimés par les spécialistes, le dirigeant soviétique exigea que Spoutnik 2 soit construit et lancé en quatre semaines. Ce qui explique le dognapping de Laïka qui devint, bien malgré elle, le premier être vivant mis en orbite et le plus puissant symbole de la machine de propagande soviétique.

En fait, d’autres représentants de la race canine furent enlevés en même temps qu’elle. Laïka se mérita ce triste honneur en raison de son calme, mais aussi et surtout parce qu’étant une chienne, elle aurait besoin de moins d’espace dans la capsule, n’ayant pas à lever la patte pour uriner. Je vous jure que c’est vrai !

Ce détail en dit beaucoup sur l’extrême exiguïté des lieux où se retrouva enfermée la pauvre chienne, après un entraînement se limitant à la faire transiter dans des espaces de plus en plus petits pour l’habituer à sa vie de pionnière de l’espace.

Vie extrêmement courte d’ailleurs car elle décéda sept heures après le lancement…Un stress énorme ainsi qu’une chaleur accablante causèrent la mort cruelle de la petite chienne. Mais elle avait eu le temps de démontrer qu’un être vivant pouvait survivre à une mise en orbite autour de la terre.

Toujours dans ce contexte de propagande, les autorités soviétiques affirmèrent que la chienne était décédée après avoir avalé de la viande empoisonnée mais préparée avec amour, afin de lui éviter les affres d’une chaleur extrême lors de la rentrée dans l’atmosphère terrestre. Les vraies causes de sa mort ainsi que les souffrances extrêmes qui l’avaient précédée ne furent dévoilées qu’en 2002.

Aujourd’hui, le nom de Laïka se retrouve sur le bas-relief du Monument des conquérants de l’espace à Moscou. De plus, une statue en son honneur a été inaugurée en 2008. Malgré tous ces honneurs, il y a fort à parier que Laïka aurait préféré continuer sa recherche de veau Orloff ou de boeuf Stroganoff dans les rues de Moscou.

Crédits photos : perlesdorphee.com ; espace-sciences.org

Disponible sur Amazon, 2.99 euros

cover11

Share.

About Author

Jeune retraité de l'édition et de l'immobilier, je suis d'abord et avant tout un passionné d'histoire. Pour mon plaisir, et j'ose espérer pour celui d'un lectorat de plus en plus important, j'écris des récits historiques regroupés sous différends thèmes. Mes ebooks sont disponibles sur Amazon sous le nom d'auteur de Ray Rainville.Voici ce qu'a écrit Isa, 1e commentateur du Hall d'honneur d'Amazon,sur mon livre « 40 chiens célèbres et leur fascinante histoire » : « ...Des histoires courtes qu'on pourrait qualifier de nouvelles. Les histoires sont touchantes, émouvantes, extraordinaires ou amusantes...C'est un joli moment de lecture.»Je répondrai avec plaisir à tous vos commentaires, écrivez-moi à : rainvilleraymond@gmail.com

5 commentaires

  1. ; la chienne etait donc condamnee a mourir dans l’espace. L’experience declencha un debat international sur la question du maltraitement et de l’ experimentation animale en general pour les besoins de la science

Leave A Reply