Barry chien d’avalanche, héros suisse

2

La Suisse a plusieurs symboles nationaux : le chocolat, les horloges, les banques pas trop « regardantes » et Barry, chien d’avalanche. Démolissons tout de suite un mythe bien enraciné. Non, les chiens St-Bernard ne portent pas de barillet de cognac autour du cou ! Et ce, pour une raison très simple : ce breuvage, aussi divin soit-il, est malheureusement très dangereux pour les rescapés en état d’hypothermie.

Ce qui n’enlève rien aux mérites et aux talents de sauveteurs de ces braves bêtes. Ils ont toujours été à la hauteur de leur célèbre devise « Noblesse, dévouement, sacrifice ». Ils possèdent entre autres la formidable faculté de repérer une présence humaine jusqu’à six mètres sous la neige grâce à leur truffe exceptionnelle.

Leur nom vient de l’hospice du grand St-Bernard fondé au XI e siècle au sommet du légendaire col de St-Bernard, à près de 2 500 mètres d’attitude dans les majestueuses Alpes. Cet hospice fut créé par l’archidiacre Bernard d’Aoste pour aider les victimes des brigands qui sévissaient alors dans les montagnes à proximité de l’hospice ; peu à peu les chiens St-Bernard furent utilisés pour accompagner les voyageurs et ultimement pour retrouver ceux d’entre eux qui s’y étaient égarés.

Des dizaines de chiens ont veillé à la sécurité des travailleurs au cours des siècles , mais le plus célèbre de tous fut sûrement Barry dont le nom signifiait « ours ». Pourquoi lui plutôt qu’un autre ? Certes il fut un chien exceptionnel, ayant sauvé à lui seul plus de quarante voyageurs en détresse. Mais une bonne partie de sa renommée vient de légendes post- mortem. Comme celle, totalement infondée, d’un enfant qu’il aurait sauvé en le traînant sur son dos pendant des kilomètres. C’est morphologiquement impossible qu’un chien, aussi puissant soit-il, réussisse un tel exploit.

2

Une autre légende veut qu’il aurait été tué en 1814 par un soldat  de l’armée napoléonienne qui l’aurait confondu avec un loup. Cette fois, c’est historiquement impossible ! Napoléon et son armée ont bien réussi l’exploit inimaginable de franchir le col St-Bernard, haut de 2 469 mètres, en traînant avec eux canons, victuailles, etc., mais en 1800, non en 1814.

Toutefois, il est vrai que les soldats de Napoléon ont fait connaître les exploits des chiens du col de St-Bernard partout en Europe par la suite. Barry est bien mort en 1814, à l’âge de quatorze ans, mais à Berne, après avoir joui d’une retraite bien méritée à compter de 1812. Son corps empaillé est exposé au Musée d’histoire naturelle de Berne. De plus, un monument en son honneur a été érigé au célèbre cimetière canin d’Arnières- sur- Seine.

Mon ebook disponible sur Amazon, 2,99 euros

Disponible sur Amazon, 2,99 euros

Credit-photo : fondation-barry.ch

Share.

About Author

Jeune retraité de l'édition et de l'immobilier, je suis d'abord et avant tout un passionné d'histoire. Pour mon plaisir, et j'ose espérer pour celui d'un lectorat de plus en plus important, j'écris des récits historiques regroupés sous différends thèmes. Mes ebooks sont disponibles sur Amazon sous le nom d'auteur de Ray Rainville.Voici ce qu'a écrit Isa, 1e commentateur du Hall d'honneur d'Amazon,sur mon livre « 40 chiens célèbres et leur fascinante histoire » : « ...Des histoires courtes qu'on pourrait qualifier de nouvelles. Les histoires sont touchantes, émouvantes, extraordinaires ou amusantes...C'est un joli moment de lecture.»Je répondrai avec plaisir à tous vos commentaires, écrivez-moi à : rainvilleraymond@gmail.com

2 commentaires

  1. Les chiens ont mérites beaucoup de respect car ils sont vraiment honorable envers nous. Je trouve que ce qu’ils font est remarquable!

  2. Comment ca va? Je vous ai envoye mon mail, mais ca ne mahrce pas. Alors je vous serais tres reconnaissant si vous vouliez bien me repondre votre date ou vous pourriez faire conference. En octobre, ou en novembe, ou en decembre? En fait je dois annoncer ce date aux membres de l’Association franco-japonaise d’Oita en juillet.Bien amicalementHaruki Yamamoto

Leave A Reply