André Gorz, Histoire d’un amour

1

Le philosophe et écrivain André Gorz ( 1923- 2007 ) a vécu une longue et émouvante histoire d’amour avec l’anglaise Dorine Keir. Ils se sont rencontrés à Paris par une journée neigeuse  d’octobre 1947, ils se sont suicidés ensemble, main dans la main, le  24 septembre 2007. Le grand philosophe ne pouvait accepter la perspective de vivre sans Dorine, atteinte d’une grave maladie évolutive depuis plusieurs années.

Exactement un an avant leurs suicides, en septembre 2006, André Gorz avait publié un sublime hommage à l’amour de sa vie, Lettre à D., Histoire d’un amour, dont voici les premières lignes : « Tu vas avoir 82 ans. Tu as rapetissé de six centimètres, tu ne pèses que quarante-cinq kilos et tu es toujours belle, gracieuse et désirable. Cela fait cinquante-huit ans que nous vivons ensemble et je t’aime plus que jamais. Je porte de nouveau au creux  de ma poitrine un vide dévorant que seule comble la chaleur de ton corps contre le mien. »

index3

Comme beaucoup de grands génies, le philosophe souffrait d’une profonde anxiété que seule la présence de Dorine réussissait à calmer, ce dont il témoigna dans cet autre extrait : « Avant de te connaître, je n’avais jamais passé plus de  deux heures avec une fille sans m’ennuyer et le lui faire sentir. Ce qui me captivait avec toi, c’est que tu me faisais accéder à un autre monde. Les valeurs qui avaient dominé mon enfance n’y avaient pas cours. Ce monde m’enchantait. Je pouvais m’évader en y entrant sans obligations ni appartenance. Avec toi, j’étais ailleurs, en un lieu étranger, étranger à moi-même. »

Lorsque la maladie commença à affecter sérieusement Dorine, Gorz se retira avec elle dans une maison à Vosnon, non loin de Troyes, désirant se consacrer entièrement à celle qui l’avait soutenu dans l’ombre mais avec un amour indéfectible pendant toutes ces années. « Cette présence fut décisive dans la construction d’une oeuvre dont la visibilité ne porte qu’un nom alors qu’elle fut celle d’un couple, le fruit d’un long dialogue.»

À la fin du livre, qu’il raconta avoir écrit en pleurant constamment, Gorz laissa entrevoir ses intentions sans pudeur : « Nous aimerions chacun ne pas survivre à la mort de l’autre. Nous nous sommes dit que si, par impossible, nous avions une seconde vie, nous voudrions la passer ensemble. » Le 24 septembre 2007, ce simple message était affiché sur la porte de la maison de Vosnon : « Prévenir la gendarmerie.»

Lettre à D., Histoire d’un amour, Galilée éditeur, 2006

Crédits photos : francisbrasilis.blogspot.com ; danielmordzinski.com

 

 

Share.

About Author

Jeune retraité de l'édition et de l'immobilier, je suis d'abord et avant tout un passionné d'histoire. Pour mon plaisir, et j'ose espérer pour celui d'un lectorat de plus en plus important, j'écris des récits historiques regroupés sous différends thèmes. Mes ebooks sont disponibles sur Amazon sous le nom d'auteur de Ray Rainville.Voici ce qu'a écrit Isa, 1e commentateur du Hall d'honneur d'Amazon,sur mon livre « 40 chiens célèbres et leur fascinante histoire » : « ...Des histoires courtes qu'on pourrait qualifier de nouvelles. Les histoires sont touchantes, émouvantes, extraordinaires ou amusantes...C'est un joli moment de lecture.»Je répondrai avec plaisir à tous vos commentaires, écrivez-moi à : rainvilleraymond@gmail.com

Un commentaire

  1. Merci pour cet hommage, simple mais rempli d.émotion, rendu à cette homme d exception, ce penseur hors pair, e0 ce journaliste exigeant et intransigeant.

Leave A Reply